3 ième Festival du film d’ici et d’ailleurs : « Laïcité, Inch allah! »

En ouverture du festival  , le film  « Laïcité, Inch Allah! »  a été projeté et suivi d’un débat.

La séance s’est très bien passée devant  beaucoup de monde puisque la salle était quasi pleine;  le film a plu au public au vu des longs applaudissements à la fin de la projection.

Le débat était très intéressant et parfois vif au vu des échanges pertinents qui ont eu lieu entre le public et la réalisatrice.

Le thème s’y prëtait bien puisque il y  était question de liberté de conscience et de laïcité en Tunisie.

La réalisatrice a aussi insisté sur les menaces de mort qu’elles a eues de la part des islamistes suite à la sortie de son film « Laïcité, Inch Allah » dans une salle à Tunis en 2012.

Conférence débat : La laïcité sans « spécifisme » ni dogmatisme.

L'association "Cultures Maghreb Limousin" a organisé

le vendredi 18 novembre à 18h30, à la BFM,

une conférence sur:

La laïcité sans "spécifisme", ni dogmatisme

M. Moaqit (Université de Casablanca)

On le sait, depuis longtemps, la séparation de l’Église et de l’État est

devenue un principe intangible dans la gestion des affaires publiques dans

les pays européens: point de référence religieuse dans la Loi et point de

contrainte dans la conscience religieuse.

La clarté de ces principes fondamentaux de la laïcité est incontestable.

Pourtant, entre ces mêmes pays, que de différences dans la vie
quotidienne des citoyens!

Les systèmes éducatifs, les aménagements dans les hôpitaux publics

et les infrastructures sportives, la construction de lieux de culte

et le traitement de questions "communautaires", etc ... sont des

terrains de négociation continue et de pression de différents courants.

Et sur l'autre rive de la Méditerranée?

Qu'en est-il des rapports entre l’État et la Religion?

Quel impact a l'Histoire dans la représentation de ces rapports?

Comment est comprise la laïcité?

Est-elle victime seulement de malentendus?

Quelle image a-t-elle donné pendant l'époque coloniale?

Est-elle vue comme condition nécessaire dans la construction d'une démocratie?

Toutes ces questions sont importantes, notamment dans le contexte

actuel des "révolutions" des pays du sud de la Méditerranée.

70 personnes étaient présentes, l'exposé de Monsieur Mohammed Moaqit

a été suivi d'un débat très riche puis d'un cocktail agrémenté de

pâtisseries orientales.

La soirée s'est terminée au restaurant "Tout couleur".